Mon quotidien

Mon parcours

Devenir psychologue clinicienne n’était pas un projet que j’avais depuis toujours. Lorsque j’étais au lycée et même bien avant, je voulais être professeur des écoles. Transmettre mes connaissances aux plus jeunes, était quelque chose qui me tenait à cœur. Après avoir passé un bac ES, je me suis dirigée vers une licence LLCE Anglais. Au bout de deux ans, je ne m’y plaisais plus du tout, mes notes étaient catastrophiques et malgré de belles rencontres, je m’y sentais assez seule et pas vraiment à ma place.

J’ai décidé de me réorienter à 20 ans. Nanterre Paris 10 me voilà !

La psychologie m’avait toujours intéressée, mais je ne m’étais jamais vraiment projeté en tant que psychologue. Lire de la psycho était un hobby et je craignais quand y faisant mes études, je me lasserais de ce domaine. C’est en effet l’inverse qui s’est produit, faire des études de psychologie à alimenter une passion qui était sans doute là depuis toujours. Et puis, très vite, en rencontrant des professionnels et en travaillant en parallèle dans une école primaire (qui m’a appris la dur réalité d’un enseignant de nos jours), je me suis éloignée de mon projet professionnel initial pour aller vers celui de psychologue clinicienne en psychiatrie. Oui la psychiatrie, direct, depuis le début ! Aucune hésitation.

J’ai choisi la spécialité « psychologie clinique » en fin de troisième année.

Mon premier stage a été très difficile à trouver, cela m’a pris 8 mois. C’était très angoissant de ne pas trouver de stage puis grâce à une connaissance (oui il ne faut pas se leurrer le piston en psycho tient une place importante) j’ai effectué mon premier stage dans une clinique psychiatrique adulte.

Le premier contact avec la psychiatrie a été pour moi une confirmation du choix que j’avais fait : je m’y sentais comme un poisson dans l’eau. J’ai donc évolué durant ce stage avec une psychologue qui m’a enseigné la psychoéducation, les thérapies comportementales et cognitives et la prise en charge des patients qui souffrent de trouble bipolaire. Cette pathologie m’a tellement intéressée que j’ai décidé de poursuivre dans une autre clinique psychiatrique en MASTER 1 (parcours empirique et TCC) avec un projet de recherche sur l’efficacité de la psychoéducation auprès de patients souffrant de bipolarité. Mon projet professionnel se concrétisait à mesure que j’avançais dans cette année de MASTER 1 particulièrement difficile… Oui, car la sélection a été rude. J’ai eu l’impression de retenir mon souffle du début à la fin de l’année.

La bonne nouvelle : je suis prise en MASTER 2 dans ma fac d’origine.

Durant cette année de M2, j’ai choisi de faire un stage en pédopsychiatrie, dans une unité de soins intensifs pour adolescents. (Sans piston ! Oui ça peut aussi marcher) Et là… Ce fut le coup de foudre. J’ai adoré ce stage qui a duré pratiquement une année entière tellement j’en redemandais. J’ai adoré la prise en charge et le contact avec les adolescents.

Cette année de M2 a été également difficile car la fin des études approchant, j’angoissais à l’idée de me retrouver seule (sans tutrice) dans un service. Mais après 5 ans et une sélection assez traumatisante, on est bien content de finir ce cursus !

Le 12 juillet 2017, je suis diplômée d’un Master de psychologie clinique et psychopathologie, parcours empirique et TCC. Bien que mon Master m’ait initié aux thérapies comportementales et cognitives et que cette approche me parle assez, je me sens plus intégrative dans ma pratique. Je m’adapte en fonction du patient que j’ai en face de moi.

Premier poste

Tout au long de mes années universitaires, je n’ai cessé d’entendre que trouver du travail en tant que psychologue clinicien était très difficile (Ça l’est !). Mais grâce à mon réseau que je me suis construit durant mes stages et une super promo de M2, j’ai eu un premier poste à mi-temps en psychiatrie sur une recherche clinique sur la schizophrénie, 3 mois après avoir eu mon diplôme. Inespéré ! J’ai cherché en parallèle pendant 6 mois un autre mi-temps en psychiatrie de l’adolescent,mais rien à faire : « il n’y a pas de postes vacants » est la réponse que j’ai le plus reçue… quand j’avais la chance d’en recevoir une.

Puis en mars 2018 un poste en psychiatrie adulte en soins intensifs s’est libéré dans l’hôpital où je travaillais déjà, j’ai sauté sur l’occasion. Je me suis dit que même si mon projet était de travailler avec des adolescents, il fallait que je saisisse la moindre occasion pour continuer à gagner en expérience. Je ne vous cache pas que j’avais très peur d’être cataloguée «psychiatrie adulte» avec mes expériences passées et que ça tue mes chances d’avoir un poste en pédopsychiatrie un jour ; mais en discutant avec mes collègues et mes anciennes tutrices j’ai été rassurée sur ce point. J’y ai passé 6 mois, 6 mois très enrichissants, j’ai beaucoup appris sur la clinique, sur la schizophrénie, sur la prise en charge sous contrainte etc….

En juin 2018, un autre poste s’est libéré, grâce à ma collègue qui partait j’ai pu saisir cette opportunité. J’étais aux ange car c’était dans une unité pour adolescents et jeunes adultes + des patientes en périnatalité. Et donc depuis septembre 2018, après un été mouvementé à cavaler sur les deux unités, je suis maintenant là où je voulais être : au contact d’adolescents et jeunes adultes. Je suis super épanouie dans cette unité et très inspirée pour mettre des choses en place !

Mon parcours et mes aventures de jeune psy en psychiatrie débutent comme vous l’avez constaté,  je développerai cette catégorie avec ce que je fais en plus de mon activité à l’hôpital.

2 réflexions au sujet de “Mon parcours”

  1. Intéressant et très concret ! Ça peut beaucoup aider les étudiants (ton public cible, entre autre, je suppose ?) à mieux se représenter l’évolution d’un cursus de psycho.

    Moi, la recherche de stage m’a tellement fait peur en M1 que cela a contribué à me donner envie de faire cette année en deux ans… À l’époque (2014) cela se faisait beaucoup. Et puis du coup j’ai commencé à travailler à côté, à lire beaucoup plus, et à assister à des cours de philosophie en parallèle…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s