Pathologies et soins

Le trouble d’anxiété généralisée

Le trouble d’anxiété généralisée, est défini par des inquiétudes et une anxiété excessive et chronique. L’anxiété survient dans plusieurs domaines : professionnel, personnel, social… c’est donc pour cela que le trouble peut devenir dans certains cas, très invalidant et source de souffrance au quotidien. Il touche environ 5% de la population générale (source : Institut universitaire en santé mentale de Montréal). Attention, ressentir un peu d’anxiété dans certaines situations, est tout à fait normal, on parle de trouble anxieux généralisé lorsque cela devient invalidant dans le fonctionnement quotidien de la personne.

Le trouble anxieux généralisé se déclare en général au début de l’adolescence ou de l’âge adulte, il s’installe progressivement. Chez ces personnes, il existe déjà une tendance à se faire du souci depuis l’enfance.

Il est caractérisé par plusieurs attentes avec une appréhension excessive pendant au moins 6 mois (pour poser le diagnostic, selon le DSM). La personne va le plus souvent imaginer des scénarios catastrophes. Par exemple une personne avec un trouble anxieux généralisé peut penser que si elle prend l’autoroute elle va avoir un grave accident de voiture, que si elle a moins de travail en ce moment c’est qu’elle le fait mal et qu’elle va se faire licencier. La création du scénario catastrophe peut être très précise. Et plus elle le sera plus les ruminations anxieuses seront importantes.

L’inquiétude, qui est au centre du trouble anxieux généralisé, est associée à une illusion de contrôle sur les évènements potentiellement dangereux. La personne peut se dire « Si je m’étais inquiété à ce moment-là, ça ne serait pas arrivé » comme si baisser sa garde sur un éventuel danger pouvait avoir des conséquences gravissimes.

L’anxiété envahit la personne et s’accompagne de plusieurs autres symptômes comme une certaine agitation ou la sensation d’être survolté, dépassé, ne sachant plus où donner de la tête.

La personne anxieuse peut ressentir une fatigabilité importante : Effectivement la nourriture préférée du trouble anxieux c’est votre énergie. Ruminer des pensées anxieuses toutes la journée sur plusieurs domaines et situations, grignote petit à petit votre énergie et procure une fatigue importante et chronique.

Cela peut également induire des difficultés à se concentrer et des pertes de mémoire. Difficile de lire un livre par exemple quand vous pensez que vous allez rater votre examen qui à lieu dans 3 mois. Cette impression également de « tête vide » avant les examens alors que cela fait plusieurs semaines que vous révisez, cette impression de ne plus rien savoir et d’avoir tout oublié.

Une tension musculaire, être toujours sur le qui-vive. En état d’alerte comme si à tout moment il pouvait se passer quelque chose. Cet état de tension interne peut rapidement fatiguer la personne mais également créer un sentiment d’irritabilité et l’impression de perdre patience avec son entourage par exemple.

Le trouble anxieux généralisé aime également grignoter le sommeil. Le sommeil peut être interrompu, agité. Il peut y avoir des difficultés pour s’endormir. Au final votre nuit est chaotique et vous n’avez pas du tout l’impression d’être reposé. Le manque de sommeil va à son tour majorer les émotions négatives et là c’est la catastrophe, vous vous retrouvez fatigué, irritable, à fleur de peau et un rien vous met dans un état explosif.

Certains auteurs parlent de biais attentionnels qui serait  à l’origine du trouble et de son maintien : c’est-à-dire  que les personnes vont avoir tendance à préférer traiter l’information comme une situation menaçante à chaque fois au lieu de choisir de traiter l’information de manière raisonnée. Cela devient un automatisme et nous finissons par être pris dans un cercle vicieux.

La prise en charge

Les thérapies qui ont montré leur efficacité pour traiter ce trouble sont les TCC (thérapies comportementales et cognitives). L’anxiété agit à la fois sur les pensées (les ruminations anxieuses) les comportements (agitations, évitement de la situation anxiogène, palpitations) et les émotions (tristesse, tension interne, irritabilité). Les trois éléments interagissent entre eux.

Pour la sphère cognitive (pensées) le thérapeute TCC  travaillera avec la personne sur les pensées automatiques et les ruminations anxieuses qui lui viennent dans chaque situation anxiogène.  Le travail va consister à prendre de la distance avec ces pensées et à les déconstruire petit à petit, à les rationaliser et à se focaliser sur le positif.

Concernant la sphère émotionnelle, le travail peut être fait en utilisant la relaxation ou de la méditation assez régulièrement pour que lorsqu’une situation anxiogène se présente, la personne sache mieux réguler les émotions qui l’envahissent. Les techniques comme la respiration abdominale, la médiation pleine conscience ou la sophrologie, sont d’excellentes techniques pour apprendre à faire baisser la tension interne et les émotions négatives. On se focalise sur l’instant présent.

Enfin sur la sphère comportementale le travail va consister à habituer la personne a tous ces ressentis corporels qu’il y a, lors d’une angoisse. Le thérapeute va l’y exposer graduellement ainsi la personne verra que la survenue de ses sensations (palpitations, mains moites, tension) ne sont pas synonyme de catastrophe.

D’autres types de psychothérapies peuvent être indiqués selon l’envie du patient.

On peut aussi apprendre à gérer l’anxiété soi-même à l’aide de guide auto-aide (bibliothérapie).

Lorsque le trouble anxieux généralisé est très envahissant à tel point que la personne se retrouve bloquée dans plusieurs situations et ne peut plus rien faire : il reste l’approche pharmacologique. Attention ce n’est pas un remède miracle s’il y a une problématique de fond. Les études disent que pour une prise en charge optimale des troubles anxieux, il faut combiner une psychothérapie de type TCC et un traitement pharmacologique.

Enfin, si le trouble anxieux généralisé n’est pas traité et qu’il envahit la plupart des différentes sphères sociales ; différentes complications peuvent apparaître comme la dépression, l’isolement et l’usage de substances comme l’alcool et le tabac, surtout utiliséés dans un but d’apaisement.

Pour en savoir plus :  

  • Faire face au TAG. De Dr Franck Peyré.
  • Psychologie de la peur : Craintes, angoisses et phobies. Christophe André.
  • Guide clinique de thérapie comportementale et cognitive, chapitre 9 – Patrick Gosselin
  • Méditer, jour après jour : 25 leçons pour vivre en pleine conscience. Christophe André
  • J’arrête d’avoir peur ! Marie-France et Emmanuel Ballet.
  • Les troubles anxieux. De Ladouceur R. & Marchand A. & Boisvert J.M.
  • Gestion du stress et de l’anxiété de Servant D.

1 réflexion au sujet de “Le trouble d’anxiété généralisée”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s