Mon quotidien

Psycho… quoi ?

Comme vous le savez, la psychologie est une discipline qui fascine depuis toujours et qui peut faire pas mal fantasmer. Ce qui donne parfois des interprétations erronées du métier de psychologue et certaines dérives. Si un jour, il vous est venu l’envie de consulter un « psy », vous vous êtes probablement heurté à la difficulté de comprendre la différence entre tous ces différents « psy » qui existent : psychiatre, psychologue, psychothérapeute, psychanalyste, psycho-praticien etc… sans compter toutes les appellations avec le mot « thérapeute ».

Je vais être honnête avec vous, étant passionnée par mon travail et ce qu’il apporte, je suis assez rigide parfois sur les professionnels « psys » qui émergent un peu partout sans avoir de qualification en psychopathologie par exemple (ce qui n’est pas le cas de tous bien entendu !). Cette rigidité s’est intensifiée lorsque j’ai eu des retours de patients ayant consulté des « coach  de vie » ou des psycho-trucs qui avaient tout bonnement fait n’importe quoi avec eux. Derrière nous ramons littéralement pour récupérer la confiance du patient dans les soins psychologiques… Eh oui, car nous sommes associés à ces professionnels…  et c’est bien ce qui nous dérange !

Je n’ai rien contre les pratiques alternatives à la psychologie, qui peuvent venir en aide aux patients, si le patient se sent plus en accord avec telle ou telle approche pourquoi pas et au contraire c’est plutôt riche d’avoir des approches qui viennent de partout, qui sont en accord avec les valeurs et les croyances du patient. Si le professionnel est transparent avec le patient et sait reconnaître que sa pratique et son approche peuvent avoir des limites (de la même façon que je reconnais les limites de ma formation et que je suis TRÈS LOIN de tout savoir). Je n’ai rien contre le développement personnel par exemple, je trouve qu’il apporte quelque chose à certains patients et j’inclus parfois quelques concepts de développement personnel dans ma pratique également lorsque c’est adapté. Mais là encore attention, le développement personnel et la psychologie/psychothérapie sont deux choses différentes et même si au final nous voulons le mieux-être du patient, les moyens d’y parvenir ne sont pas les mêmes. Ce sont deux approches différentes, mais complémentaires.

Cependant, ce qui me gêne énormément ce sont les professionnels qui jouent sur le vide juridique qui entoure la profession de psychologue et sa pratique en disant faire le même métier sans en avoir le titre ; des personnes disant pouvoir prendre en charge des troubles psychopathologiques sans avoir eu de formation au préalable, de bases en psychopathologie. Cela pose des questions éthiques importantes à mon sens ! A partir du moment où ce que l’on sert est son propre intérêt, sa propre soif de connaissance ou de curiosité avant le bien-être du patient c’est extrêmement gênant. Il faut aussi penser à la qualité du service que l’on veut proposer aux patients. De même, j’ai déjà eu l’occasion de voir des étudiants qui flirtent avec l’illégalité en utilisant ou non le titre de psychologue avec des personnes en détresse psychologique : c’est à vos risques et péril, si l’université dans laquelle vous étudiez venait à le savoir, cela peut devenir très compliqué pour l’obtention de votre titre. Lorsque l’on veut devenir psychologue on se doit de contribuer à la protection de cette profession et ne pas faire n’importe quoi sans être formé, cela peut être très dangereux ! Il y a un cadre pour s’entraîner à la pratique et ce sont les stages prévus à cet effet. Ne jouez pas les apprentis sorciers parce que vous avez lu quelques livres de psychologie, vous avez en face de vous, des personnes en détresse qui placent leur confiance (qui est extrêmement précieuse) en vous, la santé mentale des personne n’est pas un terrain de jeu, mais bien la réalité. De plus, les mots mal utilisés, peuvent faire extrêmement mal. Être psychologue c’est aussi avoir un positionnement et un cadre particulier vis-à-vis de la personne qui nous contacte et nous l’apprenons au fur et à mesure de notre cursus et même au-delà, ce n’est pas quelque chose qui s’improvise.

J’ai l’impression d’être une petite mamie qui radote mais lorsque l’on bataille durant ses études, que l’on souffre (oui oui) face à la sélection, que l’on doute de pas être assez bon et qu’à côté on voit quelqu’un qui prétend faire la même chose que vous, avec une formation d’une semaine ou pire une formation en ligne ; avec ce sentiment de toute puissance… c’est légèrement agaçant et je pense que vous pouvez facilement le comprendre. Je ne dis pas non plus qu’avoir un diplôme garanti le sérieux du professionnel. J’ai aussi eu des retours de patients qui avaient eu des collègues complètement déconnants dans leur façon de faire et de dire les choses et peut-être que je peux paraître déconnante pour d’autres également. Cependant, c’est un avis purement personnel et comme je l’ai dit je n’ai ABSOLUMENT RIEN contre les pratiques alternatives du moment qu’elles sont pratiquées par des professionnels qui savent quoi en faire et qui ne vont pas au-delà de leur pratique respective. Il faut avouer qu’il y a en ce moment un engouement pour les pratiques « bien-être » qui sont de façon très maladroites associées à la pratique de la psychologie/psychothérapie alors que ce sont deux choses bien distinctes.

Personnellement je ne m’aventurerai pas dans une prise en charge en coaching ou en psychologie positive, car je ne suis pas formée à ces approches, de même que je ne m’aventurerai pas non plus dans la prise en charge d’une personne souffrant d’un stress post-traumatique qui nécessite une formation plus fine que mon cursus, sur la question.

Voici une liste, qui j’espère vous aidera à y voir un peu plus clair :

  • Le psychiatre : Il est médecin, donc il a réalisé des études de médecine qui durent de 10 à 11 ans avec un tronc commun durant  6 ans et un internat en psychiatrie durant 4 ans minimum, des masters recherche peuvent être réalisés. Le psychiatre a pour mission le diagnostic, c’est comme si, au cours des entretiens, il menait une enquête pour trouver ce qui vous empêche de bien fonctionner au quotidien. Le psychiatre prescrit des médicaments lorsque c’est nécessaire. Il est en partie remboursé par la sécurité sociale. Le psychiatre peut également faire de la psychothérapie si il est formé. Sa pratique est complémentaire à celle du psychologue/psychothérapeute. Sa pratique est protégée ainsi que son titre, évidemment.
  • Le psychologue : Le titre de psychologue est protégé par l’état. Pour exercer en tant que psychologue il faut valider un Master de psychologie et valider le titre par des heures de pratique. Ce que l’on obtient en suivant le cursus en entier à l’université. Le rôle du psychologue est d’offrir au patient un espace bienveillant où celui-ci peut s’exprimer sur ce qui l’empêche de bien fonctionner au quotidien, de faire des liens avec le patient pour réussir à trouver des solutions qui pourront l’aider à surmonter le problème qui à suscité la consultation, d’amener à une réflexion sur soi. C’est un travail collaboratif avec le patient. Tous les psychologues ne sont pas formés à la psychothérapie, bien souvent après les 5 ans, comme je l’ai peut-être déjà expliqué il faut réaliser une formation post-universitaire pour pouvoir proposer une psychothérapie à ses patients. Les consultations ne sont pas remboursées par la sécurité sociale malheureusement, mais nous travaillons actuellement sur la question et dans certaines régions, une expérimentation est en cours. La pratique du psychologue n’est malheureusement pas encore protégée en France, mais l’est en Belgique et au Canada.
  • Le psychothérapeute : Le titre de psychothérapeute est protégé également depuis 2010. Le psychothérapeute comme vous l’aurez deviné pratique la psychothérapie ! Il peut s’agir d’une psychothérapie de type analytique, de type comportemental et cognitif, familiale, humaniste, centré sur les traumatismes comme l’ICV et l’EMDR… Le rôle du psychothérapeute est d’offrir un espace de travail thérapeutique au patient, d’amener celui-ci vers un changement positif. Les psychiatres et les psychologues de par leur formation à l’université valide le titre de psychothérapeute, mais comme je vous l’ai dit plus haut, tous ne la pratique pas. N’hésitez donc pas à le demander.
  • Le psychanalyste : « Le psychanalyste est un thérapeute qui aide une personne à mieux vivre grâce à une cure psychanalytique. Inventée par Freud, cette technique permet au patient d’explorer son inconscient pour essayer de résoudre les conflits qui remontent à son enfance et pèsent sur son existence. » (source : ONISEP). Le psychanalyste à lui-même réaliser une analyse personnelle durant plusieurs années puis a suivi des cours théoriques dans une société ou école de psychanalyse (très souvent privées).  Il commence sa pratique avec un superviseur.  Le titre de psychanalyste et sa pratique ne sont pas réglementés au comme les titres de psychologue/Psychothérapeute ; cependant les psychanalystes doivent justifier leur inscription sur l’annuaire de l’association de psychanalyse à laquelle ils appartiennent. Psychiatres et psychologues peuvent être psychanalystes, souvent les deux titres sont associés sur une plaque.
  • Le psychopraticien : Ce titre est apparu suite à la réglementation du titre de psychothérapeute. L’exercice de la psychothérapie n’étant pas protégé en France, le psychopraticien se présente comme un professionnel pratiquant la psychothérapie. Il peut ou non avoir suivi une formation plus ou moins longue en psychopathologie clinique et en psychothérapie dans une école privée. Le profil des psychopraticiens, est multiple, il peut s’agir de personnes ayant réalisé une reconversion professionnelle en ne passant pas par la fac de psychologie ou des étudiants qui malheureusement n’ont pas pu finir leur cursus de psychologie à cause de la sélection. Les psychopraticiens ne peuvent pas exercer en institution du fait de la non-réglementation de leur pratique, mais peuvent tout à fait vous recevoir en cabinet.  

Évidemment les dérives sont partout même chez les psychiatres, psychologues et psychothérapeutes dont les titres sont réglementés. Un diplôme d’état ne garantit pas la bienveillance du thérapeute, rien ne le peut. La montée des thérapies bien-être à la mode poussent beaucoup de monde à s’improviser « professionnel de santé » et peuvent en faire une sorte de commerce du bien-être, qui est très loin de l’état d’esprit d’un véritable professionnel de santé. Je trouve dommage qu’un métier qui se voulait humain au départ, arrive à devenir un business pour certains. J’espère que ce rappel des différents « psy » vous aura éclairé quant au travail que vous souhaitez réaliser. Un bon professionnel, est un professionnel qui connait les limites de sa formation et qui n’hésite pas à réorienter vers quelqu’un de plus qualifié si nécessaire.

N’hésitez pas à réagir, si j’ai pu dire quelque chose qui a déplu, encore une fois je n’ai fait part que de mon avis personnel,  je serais ravie d’échanger sur le sujet du moment que c’est constructif. Si vous voulez donner votre avis ou si vous avez des questions, ce sera avec plaisir !

9 réflexions au sujet de “Psycho… quoi ?”

  1. Bonjour,
    Je suis votre blog depuis peu, merci pour vos partages. Pourriez-vous préciser la différence entre développement personnel et psychothérapie? Ce n’est pas très clair pour moi.
    J’ai aussi une question par rapport aux pratiques thérapeutiques (TCC, hypnose, analyse,…): sont-elles dispensées au cours du cursus universitaire en psychologie ou est-ce au psychologue de se former par lui-même au début de sa carrière?
    En vous remerciant,
    Blandine

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,
      Merci pour l’intérêt que vous portez au blog !
      Le développement personnel est destiné aux personnes qui globalement vont bien mais qui désirent apprendre à mieux se connaître, améliorer leur qualité de vie et développer leur compétences personnelles et leur potentiel. Dans le développement personnel il n’y a pas la notion de soin contrairement à la psychothérapie qui vise à accompagner la personne sur un problème qui génère une souffrance psychique qui l’empêche de fonctionner correctement au quotidien. Une personne souffrant de dépression suite à une rupture amoureuse par exemple ira plus vers une psychothérapie plutôt que vers quelqu’un qui pratique le développement personnel. De plus, le développement personnel peut se pratiquer seul, avec la lecture d’ouvrages sur le sujet contrairement à la psychothérapie qui se fait à deux. Les deux pratiques sont complémentaires, mais elle n’accueillent pas les mêmes personnes ni les mêmes problématiques. Le développement personnel peut se pratiquer dans un second temps par exemple.

      Pour ce qui est des pratiques thérapeutiques, nous avons à l’université une initiation à toutes ces pratiques selon le master que l’on choisi, mais effectivement il est recommandé de réaliser une formation supplémentaire à la fin du cursus.

      J’espère avoir pu répondre à vos questions
      Bonne journée !

      Aimé par 2 personnes

  2. Bonjour ! Merci pour ce super article ! Je me demandais quel est le ou les praticiens les plus à même de s’occuper de TCA ? Es ce qu’un « coach » peut être formé là déçu ? Ou es ce que c’est une formation a faire en tant que psychologue ou psychiatre ? Merci votre réponse !

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,
      Je vous remercie pour votre commentaire ! Pour les TCA il est recommandé d’avoir une prise en charge multidisciplinaire à la fois sur le plan somatique, psychique et nutritif ; du coup il me semble très peu probable qu’un coach soit en mesure de prendre en charge une telle problématique qui à mon sens nécessite une formation très spécifique qui ne leur ait pas dispensé. Il y a des psychiatres et des psychologues spécialisés dans ces troubles vous pouvez trouver un annuaire de structures prenant en charge les TCA sur le site de la FFAB.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s