Le cursus

Choisir son Master

Beaucoup d’étudiants récemment m’ont posé pas mal de questions concernant le choix du master. Est-ce-que je vais vers la clinique, le développement ou la sociale ? Où est-ce-que je pourrais travailler avec ce master ? Est-ce-que si je choisis une autre voie que la clinique, je pourrais en faire plus tard, si j’ai envie d’évoluer dans ma pratique ? Dans cet article, je vais essayer de vous donner des pistes de réflexion pour aborder cette question.

Postuler dans un Master. Oui mais lequel ?

Tout d’abord, il s’agit de choisir la spécialité que vous avez envie de développer dans votre pratique future. Est-ce la psychologie cognitive, la psychologie sociale, le développement de l’enfant, la clinique ?… Cette première étape nous l’avons déjà abordé ici.

Une fois que vous avez une idée de la spécialité choisie, pensez à votre projet professionnel. Avec qui vous souhaitez travailler ? De quelle façon ? Où ? En équipe ou seul ? Ce sont des questions importantes à se poser pour avoir un projet professionnel cohérent, car par exemple deux masters de psychologie clinique n’aborderont peut-être pas les concepts et les techniques de la même façon.

Pour cela, vous pouvez vous renseigner sur les dernières recommandations de la Haute autorité de santé (HAS) par exemple si vous souhaitez intégrer un master clinique et travailler avec des enfants qui ont un trouble du spectre autistique. Quelle approche faut-il privilégier ? Si l’approche ne me plait pas, comment je peux adapter mon projet avec ce qui me correspond le plus ? De manière générale, regardez ce qui se fait actuellement dans votre branche de la psychologie.

Cela peut paraître prise de tête, mais non seulement cela vous aidera à argumenter votre projet lors des entretiens ou les lettres de motivation pour les candidatures de Master, mais aussi, une fois en accepté vous saurez davantage comment vous souhaitez aborder votre pratique future et l’apprentissage n’en sera que plus intéressant pour vous.

J’hésite entre deux masters

C’est assez fréquent. On apprécie deux champs de la psychologie, mais il faut faire un choix et ce qui en découle parfois, c’est que l’on craint d’être coincé ensuite si l’on veut revenir à l’autre ou bien faire les deux. Sachez que votre choix de master ne scellera pas votre pratique à jamais. C’est-à-dire que si vous partez sur un master de psychologie cognitive vous n’êtes pas coincé si vous souhaitez élargir votre champ de compétence c’est tout à fait possible, le tout est de le faire dans les règles. Peu importe le master que vous choisirez, vous aurez le titre de psychologue. Votre spécialité sera mentionnée sur le diplôme. Il vous appartient de choisir après cela, comment vous souhaitez construire votre pratique.

Certaines personnes refont un autre master en fonction de ce qu’ils souhaitent faire après. D’autres misent plus sur des DU (diplôme universitaire) ou formations certifiantes de plusieurs mois/ années. Ce n’est que mon avis et cela n’engage que moi, on ne peut pas remplacer les enseignements de deux ans de master en 3 jours de formation. C’est une question de déontologie. C’est à ce moment où le « bon sens » doit primer sur l’impatience, vous vous souvenez ?

De plus, il existe des masters qui peuvent mêler deux champs de la psychologie. Voici une liste des masters que l’on m’a renseignés et que j’ai pu voir sur le panorama des Master (Il en manque peut être n’hésitez pas à le signaler en commentaire) :

Psychologie clinique/psychopathologie et psychologie sociale :

  1. Master Psychopathologie, psychologie clinique du lien social et familiale. (Université d’Angers)
  2. Master Psychopathologie psychanalytique et cliniques transculturelle : mutations du lien social, crise et traumatismes (Université de Nice)
  3. Master Clinique et psychopathologie du lien social (Université Paris 7 Diderot)
  4. Master Psychologie clinique interculturelle, Pathologies transculturelles et sociales (Université Paris 13).
  5. Master Psychopathologie clinique psychanalytique parcours psychologie interculturelle (Université de Toulouse)

Psychopathologie et psychologie du développement :

  1. Master Clinique du développement, accompagnement et handicap (UCO Angers)
  2. Master Psychologie de l’enfant, adolescent et de la famille (Caen)
  3. Master Psychologie du développement (Université de Lorraine)
  4. Master Clinique et développement de l’enfant et de l’adolescent (Université paris 13)
  5. Master Psychologie de l’éducation et de la formation, approche cognitive, clinique et institutionnelle de l’apprenant (Université de Poitiers)
  6. Master Psychologie clinique du développement et des apprentissages : enfance, adolescence, vieillissement (Université de Strasbourg)
  7. Master Psychologie du développement de l’enfant et de l’adolescent (Université de Toulouse)

Psychologie de la santé et psychologie du travail :

  1. Master Interventions psychosociologiques : travail et santé (Besançon, Université de Franche-Comté)
  2. Master psychologie Travail et Santé : Psychologie de l’intervention et du conseil dans les organisations (Université catholique de Lille)

Psychopathologie et neuropsychologie :

  1. Master Psychologie du vieillissement normal et pathologique (Université de Brest)
  2. Master Neuropsychologie clinique et psychopathologie cognitive : adulte et personnes âgées (Université Paul Valéry, Montpellier)
  3. Master Neuropsychologie et psychopathologie cognitive (Université de Nice)
  4. Master Psychologie clinique et neuropsychologie (Université Paris 8)
  5. Master Psychologie et neuropsychologie des perturbations cognitives : clinique de l’adulte (Université de Reims)
  6. Master Psychologie et neuropsychologie des perturbation cognitives : Clinique de l’enfant et de l’adolescent. (Université de Reims)
  7. Master Psychologie clinique, psychopathologie et psychologie de la santé parcours autismes et autres troubles neurodéveloppementaux (Université de Toulouse)

Psychologie du développement et neuropsychologie :

  1. Master psychologie de l’éducation (Caen)
  2. Master Psychologie clinique du développement, des apprentissages et du vieillissement (Dijon)
  3. Master Développement, éducation, handicap (Université de Lille)

Psychologie développement / Neuropsychologie / psychologie clinique :

  1. Master Handicap et troubles neurodéveloppementaux (Université Rennes 2)

Psychologie du travail et psychologie cognitive :

  1. Master Ingénierie psychologie sociale et cognitive

Pour conclure, je vous dirais que rien n’est figé et que si vous choisissez un master plutôt qu’un autre et que vous avez envie d’en changer plus tard, c’est possible. On a la chance de faire un métier où la formation est valorisée, alors n’hésitez pas.

Lien utile :

https://www.youtube.com/watch?v=65AZ-O7mfHg (Vidéo de Danae Holler Psychologue sur le dossier de candidature en Master)

1 réflexion au sujet de “Choisir son Master”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s