Pathologies et soins

Gérer ses émotions

Pour faire suite à l’article sur la reconnaissance des émotions, je voulais vous parler aujourd’hui ce que je peux proposer dans un second temps à mes patients ; lorsqu’ils ont réussi à identifier les émotions qui les submergent.

Rappelons le, les émotions sont porteuses d’informations. Si vous ressentez de la peur dans une situation, c’est peut-être que, par exemple, vous ne vous sentez pas suffisamment en sécurité. Il est donc important que cette émotion puisse vous transmettre ce message pour que vous puissiez par la suite agir ou gérer ses effets afin de ne pas être submergé par celle-ci.

Le problème que l’on rencontre bien souvent lorsqu’on ressent une émotion désagréable, c’est que l’on cherche à tout prix à la supprimer, à la cacher, à l’étouffer pour ne pas la ressentir. C’est un réflexe tout à fait normal, personne n’a envie d’avoir mal ou de passer un mauvais moment. Mais en faisait cela, on empêche l’émotion de nous délivrer son message. Rappelez-vous le petit dessin de Art Mella dans « Emotions : enquête et mode d’emploi » : elle frappe à la porte pour délivrer son message, la personne est derrière et l’empêche de vouloir rentrer. D’après vous, que se passe-il au bout d’un moment ? L’émotion va gagner en intensité puis la personne, à force de lutter contre cette émotion, va s’épuiser et finira par se laisser envahir. Alors qu’est ce que l’on fait ? On accepte cette émotion lorsqu’elle arrive, on la laisse entrer.

Emotions : Enquête et mode d’emploi de Art Mella

Actuellement, on peut voir un peu partout que les émotions sont soit positives, soit négatives. Je n’aime pas trop cette façon de voir les choses, pour moi les émotions peuvent être agréables ou désagréables. Car si on caractérise, par exemple la tristesse comme étant négative, on émet un jugement sur cette émotion, on se dit qu’elle n’apporte que du négatif, or oui, la tristesse peut être désagréable, mais elle peut également être très utile ; tout comme la colère, la peur et le dégoût. Tout est une question d’équilibre.

La peur est reliée à l’instinct de survie. Elle nous prépare à l’action par exemple dans des situations jugées dangereuses, elle nous envoie un signal d’alarme.

La colère peut être moteur dans la recherche de solution, surpasser ses limites, franchir un obstacle, s’affirmer et faire valoir ses droits.

La tristesse peut permettre de se rendre compte ses difficultés face à une situation. Lorsqu’on est triste on réfléchit beaucoup sur soi, on se remet en question, on fait preuve d’introspection.

Le dégoût est un très bon signal d’alarme ; depuis toujours il nous protège des maladies et infections. Être dégouté par un aliment avarié nous empêche de le consommer et d’éviter une possible intoxication alimentaire.

Ressentir toutes ces émotions, est quelque chose de tout à fait normal et utile ! Mais il peut arriver que l’on éprouve des difficultés à les réguler à certains moments. C’est ce qu’il se passe très souvent avec mes patients. Voici quelques pistes que je leur propose d’explorer seul ou avec moi :

  • La relaxation ou respiration abdominale. Souvent, mes patients me répondent « oui mais quand je suis très angoissé(e) ça ne marche pas ». La relaxation ne se fait pas lors de moments de crise, c’est quelque chose que l’on doit effectuer régulièrement pour prendre l’habitude de se concentrer sur sa respiration et voir que l’on est capable de s’apaiser.
  • Trouver un endroit « refuge » où accepter ses émotions. C’est un endroit où tout simplement vous vous sentez bien et vous venez déposer ce qu’il se passe en vous.
  • S’évader en imagerie mentale (se crée un lieu ressource de toute pièce avec ses sensations)
  • Relaxation méthode Jacobson : Il s’agit de contracter pendant quelques secondes une partie de votre corps puis de la décontracter. Généralement, on le fait de la tête au pied.
  • Ecouter des sons de la nature (pluie, feu, orage, vague, vent…)
  • Utiliser la musique et se créer une playlist de chansons qui font du bien ou qui permettent d’accepter ses émotions avec bienveillance.
  • Prendre du temps pour soi, faire une activité qui vous fait plaisir
  • Méditation pleine conscience guidée (si le fait de se centrer sur ses ressentis internes n’est pas source d’angoisse).
  • Ecrire, tenir un journal de l’humeur. Cela peut se faire via une application ou sur un bullet journal que vous pouvez décorer à votre façon, pour mieux investir cet outil.
  • Faire une activité sportive
  • Dessiner ses émotions, leur attribuer une forme, une couleur pour mieux se la représenter.

Cette liste n’est pas exhaustive et si vous souhaitez partager vos propres techniques en commentaire n’hésitez pas.

2 réflexions au sujet de “Gérer ses émotions”

  1. Super article, très bons rappels « évidents » quand on est habitué-e à travailler sur soi et en même temps… ça fait toujours du bien de le relire et de se remémorer de bonnes techniques de gestion.
    J’aime beaucoup ta redéfinition de la valeur des émotions. Personnellement (est-ce dû à l’autisme ?) j’ai du mal à supporter toute émotion forte, même quand elle est dite « positive » ! C’est très envahissant, ça dérange le cours normal des choses, c’est douloureux physiquement et perturbant. Ainsi je me suis souvent fait du mal pour faire retomber de grandes joies ou euphories… et je déteste l’état « amoureux » des débuts. Dernièrement je fais à nouveau l’expérience du bien-être et soulagement qui viennent quand j’accepte de me laisser traverser par la tristesse au lieu d’essayer tout de suite de la supprimer et m’en distraire.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui c’est vrai qu’on parle beaucoup des émotions désagréables quand on parle de « gestion des émotions » mais c’est vrai qu’on peut oublier que pour certaines personnes les émotions agréables lorsqu’elles débordent ,peuvent aussi être source d’inconfort 🙏🏻 Merci de le pointer !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s