Séries et films

Une vie de jeune en psychiatrie

Récemment j’ai regardé un documentaire dont on m’avait dit du bien, sur Arte. Il s’agit du documentaire « Une vie jeune en psychiatrie » ; qui présente plusieurs jeunes de 18 à 30 ans dans une structure de soins de jour en Suisse, à Lausanne qui les accueille durant 3 ans maximum.

Comme je travaille avec la même tranche d’âge à peu près, je me suis dit que cela pouvait être intéressant de voir comment cela se passe ailleurs. Je n’ai pas été déçue, le modèle de prise en charge Suisse dans cette clinique est vraiment impressionnant et la France aurait vraiment intérêt à proposer ce type de prise en charge qui déstigmatise les troubles mentaux.

Dans cette clinique, les jeunes et les professionnels sont partenaires de soin. La directrice est psychologue (C’est génial ! En France, c’est extrêmement rare). Les soignants n’ont pas de blouse, même les médecins, cela enlève cette forme « d’autorité médicalisée » dans le soin qui est proposé. Plusieurs activités sont proposées : des activités de réhabilitation psychosociale, autour de l’alimentation, du théâtre, etc… A leur arrivée, les patients ont un projet de réhabilitation qu’ils doivent mener à bien durant tout le temps que durera leur séjour à la clinique.

Des appartements thérapeutiques (denrée rare en France) sont proposés aux jeunes qui peuvent y habiter en colocation ou en studio, seul. L’idée que cela puisse être progressif pour travailler le projet de la sortie est très intéressant !

Durant le documentaire, nous allons suivre le parcours de plusieurs jeunes. Chacun d’entre eu ont une problématique différente qui les a mené à la clinique. Nous allons pouvoir suivre leur ressentis et leur cheminement durant leur parcours à la clinique.

Ce que j’ai particulièrement aimé sur leur approche, c’est qu’ils s’éloignent du « diagnostic officiel » mais vont plutôt partir des mots que vont exprimer les jeunes. Un patient va d’ailleurs expliquer sa problématique comme étant un « bug » dans son parcours. Ici, on parle de personne et non de diagnostics. Il y a un vrai suivi personnalisé avec une approche pluridisciplinaire.

Enfin, nous voyons que la sortie de la structure peut être compliquée, c’est important qu’elle soit abordée dès le départ. La séparation peut être difficile à la fois avec les autres patients, mais aussi avec les différents professionnels qui ont pu être très étayants pour la personne durant plusieurs mois ou années.

J’ai vraiment apprécié ce reportage, c’est à la fois une belle vision du soin psychique qui nous ait proposé et en même temps c’est assez frustrant de voir qu’en France, malheureusement, de telles structures sont extrêmement rares, voire inexistantes. C’est un modèle sur lequel nous devrions davantage nous appuyer.

Vous aviez vu ce documentaire ? Qu’en avez-vous pensé ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s