Séries et films

Monstre : l’histoire de Jeffrey Dahmer

J’ai hésité à regarder cette série. Coincée entre la fascination que j’ai pour le profilage criminel et le trop-plein d’empathie que j’ai lorsque je regarde un film ou une série. Je me suis finalement lancée. Après que j’aie eu terminé, je suis allée voir tous les commentaires qu’il y avait eus sur cette série qui a beaucoup fait réagir à la fois par son protagoniste, la performance de l’acteur et malheureusement le fait que les familles des victimes n’auraient pas été prévenue de la sortie de ce projet. Parmi les commentaires, j’ai pu voir qu’il y avait plusieurs catégories de personnes :

La team « Empathie » que ce soit pour les familles, les victimes et … le personnage de Dahmer (et pas Dahmer lui-même, la nuance est importante ici).

La team « Horreur » qui ont soit détesté et n’ont pas fini la série ou qui ont trouvé cela inintéressant de faire une série sur un tueur en série particulièrement marquant.

Et enfin la team « Entre les deux » qui restent très mitigés quand ils doivent donner leur avis. (J’en fais partie).

La question centrale dans la série, à laquelle on a pas vraiment de réponse :

Pourquoi a-t-il commis toutes ces horreurs ?

Dans tous les commentaires que j’ai pu lire, la plupart des gens s’efforçaient de dessiner un profil psychologique du personnage présenté dans la série, qui pourrait expliquer pourquoi Dahmer aurait commis toutes ces horreurs.

Suite au premier épisode glaçant qui sera finalement le seul épisode où l’on peut sentir toute la violence du personnage avec quelques images choquantes, le reste de la série reste relativement loin de tout contenu gore. L’ambiance de la série est tout de même lourde et poisseuse, le personnage hyper angoissant et gênant. Le reste de la série s’efforce de retracer le parcours de Dahmer jusqu’à son arrestation, et même après.

Ce que j’ai particulièrement « apprécié » dans cette série, c’est justement qu’on ne va pas dans le cliché de l’événement unique qui aurait fait vriller le personnage. Ce sont plusieurs facteurs, combinés ensemble qui ont façonné la personnalité de Dahmer. Une paraphilie (son attirance sexuelle pour les viscères), une peur effrénée de l’abandon, un parent instable qui menace de l’abandonner à plusieurs reprises durant toute son enfance (menaces suicidaires, abandons directs). La vérité qui est assez effrayante, c’est qu’un schéma familial dysfonctionnel comme celui de Dahmer, il en existe beaucoup et tous les enfants vivant dans cet environnement ne finissent pas tueurs en série (heureusement !), mais cela vient nous montrer qu’il ne peut pas y avoir de cause unique et que finalement, on ne sait pas vraiment ce qui le pousse à ces réactions extrêmes que sont la torture et le meurtre. On remarque tout de même qu’il passe à l’acte à chaque fois que ces victimes souhaitent le quitter et donc que l’abandon est au cœur de sa problématique.

Ce que j’ai également apprécié, c’est que la série montre également la complexité humaine, elle n’est pas manichéenne alors qu’on s’attend justement à ce qu’elle le soit vu les horreurs qu’il a commise. Et également le fait qu’on arrête associer la folie à ces horreurs: Dahmer n’est pas fou, comme la plupart des psychopathes, et c’est ça qui est effrayant. Il le dit d’ailleurs lui-même dans une scène « Je ne suis pas fou » lorsqu’on lui demande de plaider la folie, comme si finalement ça pourrait tout expliquer et être plus « acceptable ». C’est sans doute pour cela que le mot qui revient le plus souvent dans mon petit sondage sur vos réactions, est : déstabilisant.

En effet, d’après le petit sondage que j’ai fait sur ma page Instagram (@psycho_and_co), 188 personnes ont répondu au total, parmi celles-ci 68% ont ressentie de l’empathie pour le personnage de Dahmer dans la série contre 32%. Quoi de plus déstabilisant de ressentir cela pour le cannibale de Milwaukee ? L’hypothèse la plus probable est le choix de l’acteur (Pour ceux qui ont vu American Horrror Story, Evan Peters peut susciter cette réaction, je pense notamment à son personnage de Tate Langdon dans la saison 1) mais aussi la romantisation du personnage. Ce qui peut mettre particulièrement, mal à l’aise. On a clairement pas envie de ressentir de l’empathie pour ce type.

Le problème avec la romantisation du personnage, c’est que certaines personnes ont peut-être « oublié » qu’il s’agissait d’une histoire tristement et affreusement vrai. On a pu voir des costumes d’Halloween à l’effigie de Dahmer sur les réseaux sociaux cette année. Jeffrey Dahmer ne doit pas devenir une icône. Il restera l’un des plus monstrueux tueurs en série de l’histoire. Ce n’est pas un personnage fictif et il est important de le garder en tête et de respecter les 17 familles qu’il a brisé. Regarder le reportage « Dahmer : Autoportrait d’un tueur » sur Netflix aidera sans doute à ramener à la réalité ceux qui se sont laissés aveugler par la performance d’Evan Peters.

Face aux réactions suscitées par la série, Ryan Murphy, le réalisateur, aurait comme projet d’établir un mémorial pour les victimes et leurs proches.

Et vous ? Qu’avez-vous pensé de cette série ?

Aller plus loin :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s