PsychoDico

L’Alexithymie

C’est un mot que l’on peut être amené à entendre dans le milieu médical et psychologique, mais qu’est ce qu’il veut dire ? A quoi correspond-il ?

L’alexithymie est l’incapacité à mettre des mots sur les maux. L’incapacité à nommer ses émotions et à les identifier. Ces émotions sont pourtant bien présentes, nous les ressentons tous, puisqu’elle nous procure des manifestations physiologiques (cœur qui bat plus vite, sentiment de chaleur, frissons, douleurs…). Mais la connexion entre le ressenti physiologique et la capacité à mettre un mot sur ce que l’on ressent, ne se fait pas. On estime que 15% des personnes seraient alexithymiques.

Comment cela se manifeste ?

Lorsqu’on va demander à une personne alexithymique ce qu’elle ressent dans une situation donnée, elle va nous décrire tout un tas de ressentis physiologiques (douleur à la poitrine, maux de tête, picotement dans les mains, brûlure d’estomac). On parle aussi de défaut de mentalisation des émotions. C’est-à-dire que les sensations corporelles ne sont pas associées à des états mentaux (émotions, pensées…).

Les conséquences peuvent être très handicapantes, car la personne qui souffre d’alexithymie aura également du mal à identifier ce que peuvent éprouver les autres, ce que peut susciter son discours chez l’autre, en somme une difficulté à créer des liens avec les autres.

Ces personnes ont également peu accès à leur imaginaire.

Un de mes patients souffre de cette condition, en apparence il paraît très lisse bien qu’il ressente tout comme je pourrais le faire, il ne peut cependant pas nommer ce qui se passe. C’est ce que nous essayons de travailler en séance à partir de situations qu’il m’apporte. « C’était désagréable, ça m’a fait mal là (en me montrant sa poitrine), c’était tout serré » m’a -t-il dit une fois. Il pensait ne rien ressentir hors nous avons refait le lien ensemble entre la sensation physique et le mot qui caractérise l’émotion qu’il a ressenti.

D’où ça vient ?

Plusieurs pistes peuvent être intéressantes. Si l’on se base sur un modèle bio-psychosocial ; au niveau biologique, l’émotion émerge du système limbique mais n’arriverait pas à gagner le cortex qui a comme rôle de moduler l’émotion et de traiter l’information sensorielle. Le cortex pré-frontal est ce qui va nous permettre de nous enfuir en cas de danger. L’émotion « peur » va être générée par le système limbique et envoyer l’information au cortex pré frontal qui va traiter l’information et générer une décision.

Chez une personne non-alexithymique
Chez une personne alexithymique

Si on se place d’un point de vue psychosocial, nous pouvons dire que nous avons tous une « base de données d’émotions » qui se construit lors de notre développement. Nos parents nous aident lorsqu’on est enfant à remplir cette base de données en nommant les émotions lorsque nous les ressentons. « Tu es triste ?  Lorsque l’enfant pleure » etc…De façon à ce que nous puissions associer le mot aux ressentis physiologiques petit à petit. Si l’environnement familial est peu connecté à ses émotions (pour n’importe quelles raisons), cet exercice peut s’avérer être plus difficile.

Prise en charge

Les études menées sur l’alexithymie nous ont montré que l’on pouvait apprendre les émotions. Ce que je peux proposer à mes patients, c’est de refaire le lien entre sensations corporelles et émotions. On peut s’aider d’un vocabulaire des émotions, de support de médiation comme les cartes « univers des sensations » et « le langage des émotions ». Nous pouvons reprendre les bases avec des photos de visages. Les mangas sont une très bonne astuce, car les émotions sont très marquées si l’on travaille avec des ados et jeunes adultes. On peut susciter l’émotion par les sens en séances et apprendre à verbaliser ensemble ce que cela peut signifier pour le patient.

Les émotions dans les mangas

Connaissiez-vous ce terme ? Quelles sont vos astuces pour apprendre les émotions ?

Référence :

Publicité

12 réflexions au sujet de “L’Alexithymie”

  1. Bonjour Julie,
    j’étais alexithymique, et avec la méditation on peut s’écouter… c’est comme çà que çà c’est amélioré…
    j’avais une question, est ce que la cyclothimie a un lien avec l’alexithymie ?
    le fait de réagir, est ce parce qu’on n’a pas de recul face à l’émotion ?
    merci par avance
    azalee

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour votre retour !
      La cyclothymie est un trouble de l’humeur apparenté au trouble bipolaire. Avec des variations plus rapides. Il y a une très bonne BD sur le sujet si vous le souhaitez : Goupil ou face ☺️

      J’aime

  2. Bonjour Julie, je viens de tomber sur cet article et je suis persuadé que mon copain en souffre, il a tous les facteurs et a eu un grave choc emotionnel petit et n’a jamais pu parler de ces sentiments dans son enfance
    C’est quelqu’un avec beaucoup de conduites addictives, alcool cigarettes….
    je ne sais pas comment l’aider et surtout cela me cause d’enormes souffrances
    Pourriez vous le prendre en thérapie ?

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,
      Je travaille en psychiatrie dans le public et je ne peux recevoir que les personnes étant sur mon lieu d’exercice. Je suis pas en libéral, mais je peux vous conseiller des consoeurs ou confrères si vous le souhaitez. Mais avant, a-il faut s’assurez que c’est son souhait à lui d’aller en thérapie car sinon, ça n’aurait que très peu d’impact. Bonne soirée !

      J’aime

  3. Bonjour, j’accompagne actuellement une ado qui a tous les traits de l’alexythimie. Elle ‘na pas été diagnostiquée de façob certaines, mais elle rentre dans toutes les cases. sa psychologue ne lui a trouvé rien de problématique et a donc arrété les rendez-vous. Mais c’est de plus en plus compliqué pour elle, vu qu’elle est désormais déscolarisée. J’ai atteints mes limites de prise en charge, étant licencée en psychologie clinique mais pas en master donc je sèche un peu pour l’aider. Existe-t-il des groupes de paroles, des ateliers de groupe, recensés quelque part, pour pouvoir donner plus d’outils à sa maman pour la suite ? Nous allons aussi arréter les séances, bien que « cérébralement parlant » elle ait fait des prgrès. Devrait-elle s’oreinter en CHS pour trouver de l’aide médicamenteuse éventuellement ? Complément d’ocytocine ? Merci pour votre retour et bravo pour ce blog qui est une mine d’inofmrations !

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,
      Aïe pour la psychologue.. peut être n’était-elle pas familière avec ce concept ? Ça peut être pas mal de la rediriger vers une psychologue spécialisée en TCC qui pourra lui proposer des exercices autour de la reconnaissance et l’expression des émotions. Si la maman a une interrogation médicale, elle peut toujours solliciter l’avis d’un médecin. Elle peut également se tourner vers des groupes d’habiletés sociales qui aborderont les émotions mais aussi tout ce qu’il y a autour de la cognition sociale. Si vous m’envoyez un mail, je peux vous donner quelques adresses sur la région parisienne (si jamais c’est votre secteur).

      J’aime

  4. Je suis une dame aux cheveux gris blanc âgée actuellement de 72 ans et j’aimerais, si c’est possible à laisser ce témoignage.
    J’ai vécu auprès d’une mère qui m’a toujours fait peur et que je n’ai jamais réussi à aimer, ce qui m’a énormément culpabilisée jusqu’à ces dernières années.
    Il y a 6/7 ans une violente révolte a surgi en moi et j’ai voulu comprendre. J’ai lu de nombreux livres dont celui de Delphine GRYNBERT, d’Olivier LUMINET et Nicolas VERMEULEN sur l’alexithymie (mot dont je n’avais jamais entendu parler avant). J’ai fini par comprendre que ma mère souffrait sans doute de ce trouble nommé alexithymie : aucune marque d’affection envers ses enfants et petits-enfants, aucun reflet de joie ou de peine sur son visage, aucune compassion lors d’accidents graves dont j’avais été victime lorsque j’étais jeune, aucune marque de tristesse lors du décès accidentel de notre sœur âgée de 42 ans, du décès de son petit-fils âgé de 35 ans, lors du décès de plusieurs de ses petits-enfants et arrières petits-enfants bébés, et lors du décès brutal de son propre mari à l’âge de 75 ans etc.
    En 2018, j’ai enfin fini par comprendre son comportement et l’origine du silence de ses émotions l’année de ses 98 ans lorsqu’elle m’a confié avoir subi des violences sexuelles lorsqu’elle était petite fille et avoir été obligée de se taire « Elle est restée prisonnière de ses émotions pendant plus de 90 ans ! ».
    J’ai vécu auprès d’une mère, mais je n’ai jamais eu de maman et cette blessure est profonde. Le problème est qu’inconsciemment chacun est attiré par des personnes qui portent en elles les blessures de leur propre enfance et j’ai pris conscience depuis peu que je vivais depuis 45 ans auprès d’un homme muet émotionnellement sans doute en raison d’un traumatisme subi pour lui aussi dans sa petite enfance.
    Je ne me sens plus coupable de ne pas avoir pu aimer ma mère et ça me soulage, mais je ne suis pas heureuse de vivre auprès d’un mari qui n’arrive à exprimer ni ses ressentis ni ses émotions.
    Pour m’aider à me reconstruire, j’ai écrit un livre « Condamnées à perpétuité au nom du silence » paru le 2 juillet 2021 sous le pseudo de Jany la Rebelle.
    Maintenant, mon souhait le plus cher serait d’entendre mon mari mettre des mots sur l’invisible ou de manifester naturellement ses émotions.
    Bon courage à tous et à toutes.
    Jany

    Aimé par 1 personne

  5. Bonjour Julie,

    Je suis à la recherche de bonne références de psychologues spécialisés dans les cas d’ alexithymie car j’en présente la plupart des symptômes (sauf l’imaginaire pauvre) et cela détruit ma santé mental depuis que je suis rentrée dans le monde du travail. Je n’arrive pas à comprendre mes réactions excessives dans certaines situations et je sens bien que ça détériore mes rapports avec les autres, et je souhaite que ça s’arrête. Comme expliqué dans l’article j’ai beaucoup de mal à faire sur une introspection sur des situations ou expériences passées, c’est pourquoi j’aimerais me tourner vers un professionnel, de préférence qui accepte les séances en visioconférence.
    Merci d’avance pour ton aide et ton retour.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,
      L’Alexithymie est quelque chose qui peut se travailler en psychothérapie notamment en Thérapie comportementale et cognitive (TCC), ou dans des groupes d’habilités sociales pour adultes. Je n’ai pas de noms en particulier mais vous pouvez voir au niveau de l’annuaire de l’AFTCC pour trouver un praticien qui exerce avec cette approche.

      Courage ! 😊

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s