Formations

Supervision et intervision

Quand on parle du métier de psychologue, on aborde souvent le terme de « supervision » mais finalement, en quoi cela consiste concrètement ?

Durant notre cursus de psychologie, c’est quelque chose que l’on peut souvent entendre de la part de certains de nos professeurs, on nous parle également parfois d’intervision.

La supervision

La supervision, lorsqu’on est psychologue, consiste à consulter un psychologue ayant plus d’expérience afin d’être accompagné dans ses prises en charge et tout ce que cela englobe : les émotions que l’on peut ressentir durant la thérapie et les travailler, les problèmes que l’on peut rencontrer, les interrogations que l’on peut avoir ou encore échanger à propos d’une prise en charge pour avoir de nouvelles pistes. C’est un temps qui est différent de la psychothérapie. Généralement, on y aborde les prises en charge les plus difficiles.

En France, la supervision n’est pas obligatoire mais vivement recommandée et encouragée. Elle permet de ne pas être seul avec ses doutes et ses difficultés dans une prise en charge. Elle permet d’avoir d’autres pistes à envisager lorsqu’on peut être bloquées. La supervision peut se faire sous différents formats : individuel ou en groupe. On peut très bien avoir un superviseur individuel en libéral, comme des supervisions qui sont inclues dans certaines formations à la psychothérapie et pour le coup, qui sont obligatoires pour valider la formation (EMDR, TCC).

Vous pouvez en avoir un aperçu à l’université dans vos cours de régulation de stage par exemple. Cela peut être considéré comme une supervision en groupe.

La supervision peut aussi se faire pour les équipes soignantes dans les institutions, elle sera alors appelée « analyse de la pratique ». C’est un temps très souvent animé par un psychologue qui n’appartient pas à l’équipe, qui consiste à faire réfléchir les équipes sur leur pratique, ou les difficultés rencontrées avec certains patients ou situations.

L’intervision

C’est un temps d’échange avec des collègues psychologues sur des situations cliniques qui généralement peuvent poser problème. Dans l’intervision, il n’y a pas cette relation « superviseur-supervisé », car tout le monde vient avec une situation clinique à explorer et est sur un même pied d’égalité. Les intervisions peuvent se faire avec vos collègues dans les institutions, avec des personnes de votre promotion de master avec qui vous avez gardé contact, avec des psychologues qui veulent se regrouper (certains groupes se forment sur les réseaux sociaux par exemple.) ; avec des ami.es psychologues etc…

Le but de ces différents échanges et de ne pas rester seul avec ses questions, réflexions, doutes ou difficultés. C’est un temps où l’on continue d’apprendre sur la clinique et sur soi. Toute personne qui accompagne des personnes vulnérables ou en souffrance, devrait avoir ce temps de supervision. La supervision peut être continue, mais elle peut aussi se faire sur des temps ponctuels.

Connaissiez-vous ces pratiques de supervision et d’intervision ? Qu’en pensez-vous ?

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s