Formations

EMDR niveau 2

Après avoir validé mes deux séances de supervision pour le niveau 1, j’ai pu m’inscrire en niveau 2. Je me suis vite rendu compte dans ma pratique que le niveau 2 était essentiel. En niveau 1 rappelons-le, nous sommes formées à traiter des trauma dits « simples » c’est-à-dire un événement unique qui vient faire effraction chez une personne qui fonctionnait bien jusqu’à maintenant. Nous pouvons également prendre en charge les problématiques d’estime de soi ou ce qu’on pourrait appeler les petits t.

Sauf que lorsque vous rencontrez un patient qui souhaite faire de l’EMDR, derrière la problématique qui l’amène en consultation, on peut vite se rendre compte que ce n’est plus du tout une problématique « simple » mais qu’en réalité c’est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît ; le fameux arbre qui cache la forêt.

Et dans ces moments-là, je me sentais de nouveau démunis. Je sentais que ce que j’avais appris n’était pas assez. Qu’il pouvait y avoir des blocages dont je n’avais pas les techniques pour m’en sortir. Qu’il fallait approfondir. Aussi, si vous vous lancez dans l’aventure de la formation en EMDR je ne peux que vous recommander de continuer au moins jusqu’au niveau 2.

Ce qu’on apprend en niveau 2 ?

En niveau 2, on fait un rappel du protocole des 8 phases pour ensuite y intégrer de nouveaux outils. Lors du niveau 1, une facilitatrice avait résumé la formation comme cela : « en formation niveau 1, on met la clinique de côté pour s’imprégner du protocole ; en niveau 2, on réintègre la clinique ». Et c’est tout à fait cela, après avoir pu exercer avec le niveau 1 et maitriser le protocole, nous y avons ajouté d’autres ingrédients : Le tissage cognitif, qui permet de réintroduire du matériel positif lorsque le patient associe sur du négatif pendant un long moment, cela permet d’ouvrir un autre canal. Cela rend le discours du clinicien un peu moins « robotisé » aussi.

On y apprend les symptômes que l’on peut rencontrer dans les traumatismes complexes, comment les appréhender, comment les stabiliser (techniques de stabilisation autre que le lieu sûr). On nous apprends à moduler le protocole des 8 phases en fonction des problématiques et des patients. Ce que j’ai apprécié dans ma formation, ce sont les cas vidéos présentés, les anecdotes de la formatrice, qui nous a permis de mieux nous rendre compte de la prise en charge de traumatismes complexes.

Nous apprenons également à réintroduire des ressources chez le patient. Ce sont deux types de protocoles qui sont très intéressants et que j’ai adoré expérimenter à la fois en tant que patiente et thérapeute. Lorsqu’on fait le plan de ciblage du patient, il faut s’assurer des ressources dont il dispose ; dans le cas de traumatismes complexes, les ressources sont parfois très limitées voire inexistantes. Ces protocoles visent à en réintroduire par exemple avant de retraiter des souvenirs douloureux.

Lors de la formation, nous nous initions également à prendre en charge d’autres types de problématiques : phobies, deuils compliqués, pathologie physique et somatisation, addictions, dissociation (qui nécessite franchement une autre formation pour approfondir, car ce n’est clairement pas suffisant), couple et d’autres protocoles spécifiques dans des cas particuliers : premiers intervenants, EMD (sans retraitement), CIPOS (exposition au trauma par petites touches et techniques d’ancrages).

Le format de la formation :

Pour le niveau 2 à l’IFEMDR, la formation théorico-pratique dure 3 jours, c’est assez dense et il y a beaucoup d’informations à intégrer. Puis comme pour le niveau 1, nous avons 1 cycle de supervision de 2x5h.

Je suis très contente de ma formation en EMDR. Cependant, je ne m’arrête pas là, ma pratique clinique à l’hôpital, me fait me diriger sur des formations complémentaires sur les troubles dissociatifs, car c’est vraiment quelque chose de très spécifique. J’aimerais donc approfondir de ma manière générale, la dissociation traumatique et ses troubles. Afin d’être mieux armés face aux trauma de mes patients.

Avez-vous des questions sur la formation en EMDR niveau 2 ?

3 réflexions au sujet de “EMDR niveau 2”

  1. C’est super de faire ce genre de retour. Je vous encourage à continuer.
    Ce que vous appelez les « petits t » ne sont pas des traumas complexes du coup ? Mais simplement des événements répétitifs ayant effrité notre estime de soi, générant parfois de l’anxiété etc mais permettant tout de même à la personne de vivre une vie normale ? Ceux de madame et monsieur Tout le monde finalement.
    Et ces derniers donc seraient encore à différencier des traumatismes complexes (pluriels, lourds, conséquences importantes) ?

    Aimé par 1 personne

    1. Oui c’est à peu près cela ! Des expérience d’humiliation par exemple, une mauvaise expérience lors d’un oral ou d’autres expérience de ce type. Le fait que l’on appelle cela « petits t » ne signifie en rien que c’est « moins grave ». C’est juste, effectivement, cela ne rentre pas dans le cadre d’un trauma complexe.

      J’aime

  2. Merci pour cette réponse ! Je suis un peu déconcerté quand je vois que l’on parle de « trauma » à tout bout de champ sur les réseaux sociaux. J’avais l’impression qu’il perdait sa valeur intrinsèque, à savoir faire effraction dans le psychisme et résider quelque part, nous empêchant de fonctionner « normalement » (même si je sais par ailleurs que le trauma n’est pas dans l’événement, mais dans le système nerveux).
    Tout le monde a donc des « petits t », mais tout le monde n’a pas des trauma complexes.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s